Le Canal du Midi à vélo… Et si on en profitait pour faire étape à Sète ?

Paysage sétois, Canal du MidiBeaucoup de nos cyclo-voyageurs adeptes du Canal du Midi à vélo, “poussent” leur itinéraire jusqu’à Sète, ville portuaire du Sud-Ouest. Aujourd’hui on vous dit tout sur cette ville, son histoire et bien évidemment sa gastronomie… Au départ ou à l’arrivée de votre parcours, elle méritera bien une visite!

Vous connaissez peut-être la ville de nom, ou bien vous y êtes déjà passé? Pour mieux situer Sète, sachez que cette petite ville romantique se trouve à proximité du bassin de Thau, au bord de la mer Méditerranée dans le Sud-ouest de la France. Cette ville typique de l’Hérault dispose d’une histoire bien ancrée dans ses murs…

Petite mise au point historique

A l’origine, la ville a été créée grâce à la volonté de trois hommes :

  • Pierre-Paul Riquet, qui cherchait un débouché sur la Méditerranée pour l’ouvrage auquel il a consacré sa vie : le Canal du Midi.
  • Louis XIV, quant à lui, cherchait une rade pour les galères royales, et souhaitait créer un port d’exportation pour encourager le commerce de produits du Languedoc.
  • Le Chevalier de Clerville a pour sa part, identifié Sète comme le site le plus approprié pour la création d’un port. Ainsi, les travaux commencèrent en 1666.

Orthographiée «Cette» jusqu’en 1927, elle est surnommée «La petite Venise ancien plan de la ville de Cettedu Languedoc» grâce à ses canaux situés au cœur de la vieille ville et enjambés par de nombreux ponts… le charme du lieu rappelant ainsi quelque peu celui de sa cousine vénète. 🙂

La ville a fait parler d’elle à plusieurs époques, notamment parce qu’elle a vu naître de nombreux artistes d’envergure. L’un des plus connus est bien sûr Georges Brassens: poète, auteur, compositeur, né sur «l’île singulière» comme l’a surnommée affectueusement Paul Valéry (écrivain, poète et philosophe également originaire de la ville de Sète).

Après le Canal du Midi, que peut-on visiter à Sète ?

Phare du Mont Saint Clair
Phare du Mont Saint Clair

Vous ne manquerez pas de reconnaître cette montagne située en bord de mer ; son port est le premier port de pêche sur le littoral Méditerranéen… 

Montez au sommet du Mont Saint Clair (ancien volcan). Du Belvédère, un panorama à couper le souffle vous y attend… la ville s’offre à vos pieds ; l’effort en vaut bien la peine !

* Vous venez durant la période estivale ?
Dans ce cas, vous ne pouvez pas manquer la tradition locale, voire même l’institution, qui perdure depuis le XVIIème siècle… on évoque bien sûr les joutes nautiques ! Les premières ont eu lieu à Agde en 1605, puis, lors de l’inauguration du Port en 1666, ont eu lieu les premières joutes sétoises.

Le principe ? C’est le même que les combats de chevaliers de l’époque médiévale… Mais sur l’eau !
L’équipe bleue affronte l’équipe rouge ; à l’origine, les couleurs désignaient les hommes célibataires en bleu et les hommes mariés en rouge…(pas nécessaire d’attendre meetic ou une agence matrimoniale, il suffisait d’y penser !).

Il suffit alors de faire tomber l’adversaire à l’eau pour gagner le combat…

Canal de Sète* Vous venez en dehors de la période estivale et vous ne pourrez pas profiter des combats de joutes ?
Pas de panique, Sète regorge de petites ruelles colorées, animées et typiques, il est même possible de faire une visite guidée.

 

On pourrait vous faire une longue liste de lieux et monuments à voir, c’est vrai… Mais le mieux c’est quand même d’aller découvrir directement ! Bon allez on vous aide… Voici une liste, non exhaustive, de lieux à voir, parmi tant d’autres :

  • Les halles et marchés de la ville, ouverts tous les jours. Vous y trouverez des produits frais et du poisson a peine sorti de l’eau…
  • Les ponts à bascule, aussi appelés “pont levis” ou encore, les ponts tournants… tout autant de solutions imaginées afin de permettre le passage des bateaux entre le Canal du Midi, l’étang de Thau et la mer… sans pour autant cloisonner la ville et ses quartiers!
  • Le port de pêche et ses chalutiers, le tout bordé de restaurants typiques, 
  • La criée
  • Le phare Saint Louis, sa longue jetée et la vue à 360° lorsque vous montez au sommet !
  • Le quartier haut, le quartier le plus ancien de la ville aussi appelé « Le petit Naples » en raison de ses petites maisons étroites agglutinées autour de l’Église, comme en Italie…

Bien-sûr, on vous laisse découvrir tout le reste… et l’ambiance joyeuse qui s’en dégage !

La gastronomie Sétoise, de quoi parle-t-on ?

On parle d’abord des fameuses et délicieuses Tielles… Presque impossible d’être de passage dans cette ville sans en voir ou sans en goûter ! C’est une petite tourte de couleur orangée, qui ressemble à un soleil… un vrai plaisir pour les papilles ! Mais le plus intéressant n’est pas là : que renferme cette jolie pâte orange ? Traditionnellement, la tielle est farcie d’une pâte à base de poulpes (appelées localement « pouffres ») hachées, de sauce tomate, d’une touche d’ail et de piments.

Tielles sétoises... Venue d’Italie et cuisinée par les pêcheurs, elle ressemblait à l’origine à une pizza ; puis elle fut recouverte d’une pâte pour éviter qu’elle ne se dessèche. Elle était cuite initialement directement sur la sole du four (partie basse) puis ensuite dans des plats en terre cuite appelés «Tiegla». Au cours du XIXème siècle les italiens immigrant en France arrivèrent à Sète avec leur recette, le mot « Tiegla » fut alors francisé en «TIELLE». Elle était alors consommée uniquement dans le quartier haut où vivaient les italiens, communauté plutôt modeste à l’époque.  

La recette des tielles actuelles vient d’Adrienne Virduci, dont le mari était italien. Cette dernière a commercialisé les premières tielles Sétoises sur son étal de coquillages, en 1937. Celles-ci connurent un franc succès. C’est son fils qui mit en œuvre une fabrique artisanale. Actuellement, ses petits-enfants les fabriquent et les commercialisent avec le même savoir-faire transmis de génération en génération… Pour les trouver, rendez-vous aux Halles de Sète !

Zézette ?... Quesaco ?

Une autre spécialité qui en a fait rire plus d’un, on vous parle aussi de la “zézette” de Sète. Certes, l’histoire est moins longue… mais toutefois bonne à connaître ! la zézette de Sète
Cette spécialité locale du Languedoc Roussillon arrivéee en France dans les années 1970 par Gaston Bentata est en réalité un biscuit sablé aux arômes de vanille, fabriqué à base de vin blanc et de farine. Gaston Bentata, ancien pied-noir, appréciait ces gâteaux que lui préparait sa grand-mère lorsqu’il était enfant.

La marque a été déposée en 1995 ; au même moment est fondée l’entreprise « La Belle Époque »… Aujourd’hui, cette gourmandise s’exporte jusqu’en Chine avec de nouveaux parfums !

Et si on parlait œnologie ?

Quand les navires de commerce vont remplacer les grands voiliers, la viticulture va connaître un essor notable, auquel le Canal Du Midi va contribuer…

« Les Pinardiers » – transportant les vins – permettront leur acheminement, puis leur exportation.

Sur votre parcours et vers l’intérieur des terres, découvrez un paysage typique en bordure de méditerranée, composé de vignes, de caves et d’opulentes demeures, témoignant d’un passé prospère.
Entre collines de basalte et vallées alluviales, ces domaines viticoles s’étalent sous un climat favorable, conjuguant brises marines et soleil, à l’origine de vins de caractère, très aromatiques… une véritable invitation à la dégustation !

Les plus réputés sur votre passage entre Agde et Sète :

  •         Le Picpoul de Pinet,
  •         La Clairette du Languedoc et d’Adissan,
  •         Les Côteaux du Languedoc,
  •         Divers Muscats.

Les nombreuses caves ouvertes au public mettront vos sens en éveil… Quel bonheur de découvrir les différences de robes, de goûts, et d’arômes. Mais attention aux excès ! A goûter avec modération…

L'huître, une production locale à ne pas manquer…

Eh oui, dans la région nous trouvons aussi des Huîtres… Pour les connaisseurs ou les curieux tout simplement, via les sentiers bordant le bassin de Thau, à Marseillan, Mèze ou Bouzigues, partez à la recherche des cabanes des ostréiculteurs, pour découvrir leur travail et parfois même y faire une dégustation !

 L’huître de Bouzigues, de variété « La creuse », possède une coquille robuste, menant la vie dure à quiconque tente de l’ouvrir… Elle offre une chair ferme et fondante, d’une saveur naturellement iodée, avec une pointe de noisette. Elle est également réputée pour sa richesse en vitamines.

L’activité conchylicole s’effectue par des exploitants que l’on appelle des “parqueurs”, ils sont concessionnaires de leurs parcs, disposés sur l’étang suivant un plan préétabli. 

 Les huîtres sont immergées dans cet étang, favorable à l’ostréiculture, car il ne subit pas de marées. Elles vont pouvoir ainsi profiter pleinement du phytoplancton (organismes végétaux). Une technique bien particulière est employée, spécifique à l’étang : l’élevage “en suspension”.

On peut distinguer de loin les pieux plantés dans l’étang qui supportent des “tables” constituées de madriers en fer ou en bois sur lesquels sont posées des perches transversales. Celles-ci vont recevoir des « torons » tous les 50 cm, cordes torsadées porteuses de coquilles d’huîtres chargées de « naissains » (d’huîtres de quelques mois) qui viennent d’écloseries.

A présent, découvrez la suite par vous-même… et racontez-nous ce que vous avez aimé ou préféré ! 🙂
Cela vous a donné envie de venir pédaler de Toulouse à Sète ? Nous pouvons vous organiser votre séjour : réservation d’hébergements, transfert de bagages, location de matériel et prestations à la carte…Contactez nous !

Envie d'un séjour avec Le Petit Cyclo ?

Défiler vers le haut